Jeunesse Nancéienne (1803 -1825)

Jeunesse Nancéienne (1803 -1825)

C’est dans l’atelier de son père, peintre en miniatures, que Grandville se forma aux techniques du dessin et de l’aquarelle. La vie quotidienne est le tableau de ses observations. Très tôt, ses contemporains vont inspirer son regard acéré. La caricature et les dessins satiriques de l’époque nourrissent cette veine naturelle. Comme le reste de son œuvre, ses dessins de jeunesse exécutés à Nancy entre 1818 et 1825 en sont marqués.



Paris (1825 -1847)

Fasciné par la variété du genre humain Grandville poursuit l’étude de la satire animalière commencée à Nancy et amplifie les transformations homme-animal qui feront le succès des Métamorphoses du jour (1829). Au-delà de l'illustration satirique, Grandville fait preuve d'une imagination et d'une fantaisie inspirées qui l'inscrivent parmi les précurseurs des Surréalistes. Il travaille avec de nombreux éditeurs dont Philippon et Hetzel et multiplie les publications : albums lithographiques, caricatures politiques, dessins de presse et livres illustrés. En témoigne la riche production qu'il laisse à sa mort survenue alors qu'il n'avait que 44 ans. Dessinateur, aquarelliste, caricaturiste, lithographe, Grandville réunit tous ces talents. C'est essentiellement comme illustrateur - avec les dessins originaux et les gravures des Fables de La Fontaine - et comme auteur - avec l'ensemble des dessins de Fleurs animées - qu'il sera ici évoqué. Mais avant d'ouvrir les albums des Fables et d'aborder au romantisme des Fleurs animées, revisitons la production qui précède.