L’obsession d’une vie

L’obsession d’une vie

Les Fables de La Fontaine illustrées par Grandville ont été publiées et republiées depuis longtemps lorsque l'artiste se met à l'élaboration des albums. Blessé par les reproches de la critique, il remet l'ouvrage sur le métier pour répondre et se justifier - non sans amertume parfois – par le texte et le dessin.

« Préoccupé de l'objection et du reproche que l'on m'avait faits sur le parti que j'avais cru pouvoir prendre de ne rendre, dans certaines fables, que le sens moral et non point la scène exacte, littéralement matériellement, j'étais revenu à essayer de mettre en scène les animaux de ces fables en restant dans la donnée exactement... on pourra juger du résultat. Je n'ai pas cru devoir pousser plus avant cette traduction du texte. »

Cette reprise, des années après, d’un même sujet a aussi une autre cause. Grandville s’est souvent senti trompé, gravement trahi par les graveurs qui devaient interpréter ses dessins.